Loi climat et résilience : faire entrer l’écologie dans notre quotidien

Née d’une volonté de renouveler l’exercice démocratique et d’associer plus fortement les citoyens à la décision publique, la convention citoyenne pour le climat a démontré qu’il existait un chemin vers une écologie concrète et juste. Le projet de loi qui en découle s’inscrit dans cet esprit de réalisme et d’ambition.


La loi climat et résilience s’articule autour de cinq thèmes (consommer, produire, travailler, se déplacer, se loger et se nourrir). Elle comprend notamment, la création d’un délit d’écocide.


L’objectif est de faire évoluer les modes de consommations. Un CO2-score sera mis en place pour informer les consommateurs sur leur impact carbone. Les espaces publicitaires seront règlementés et les publicités en faveurs des énergies fossiles seront interdites. Une stratégie nationale est mise en place afin de rendre l’économie et l’habitat plus écologiques, et de préserver les espaces naturels.


Ainsi à travers cette loi, et à la suite de celles déjà portées depuis le début du quinquennat, il s’agit de mettre en œuvre l’ambition écologique de la France.


C’est l’objectif qui a été fixé par la ministre de l’Écologie, Barbara Pompili. Il repose sur quatre piliers principaux :

Ø Le logement (le parc immobilier français émet 16% des gaz à effet de serre)

Ø Les transports (ils représentent 31% des émissions nationales de gaz à effet de serre)

Ø La consommation (faire évoluer notre façon de consommer vers un modèle plus durable)

Ø L’agriculture (accompagner les agriculteurs vers des modes de production plus vertueux)


Durant les discussions en commission spéciale, j’ai porté plusieurs amendements qui portent sur :


Ø Des incitations plus fortes pour réduire l’utilisation des engrais azotés.

Ø La promotion de l’usage du vélo

Ø La responsabilité climatique des entreprises

Ø L’interdiction des coupes rases en forêt et le renforcement des effectifs de l’ONF (Office national des forêts)


La loi va désormais être examinée en séance publique. Ce sera l’occasion pour notre majorité de venir compléter ce projet de loi afin que cette loi devienne le symbole écologique du quinquennat.


16 vues0 commentaire